Faut-il lancer une cagnotte Leetchi ?

Nous nous posons la question à lire ces chiffres. Et combien de salaires non versés aux salariés via l’activité partielle ? Les chiffres ci-dessous nous apparaissent dérisoires face aux millions d’euros de salaires pris en charge par l’état à la place d’Adecco. Avec un sous-effectif structurel de certaines équipes alors même que la situation nécessitait plus de ressources qu’une activité à zéro « normale » .

SOURCE : zonebourse.com

Zurich (awp) – La direction du géant de l’intérim Adecco a tenu son engagement en renonçant à une partie de sa rémunération en réponse à la crise de coronavirus. Le patron Alain Dehaze a perçu pendant six mois 80% de son salaire de base, et presque tous les autres membres de la direction générale du groupe 85%.

Dans le rapport annuel publié mercredi, il ressort que la rémunération de M. Dehaze s’est montée à 3,43 millions de francs suisses en 2020, contre 3,81 millions un an plus tôt. Celle de l’ensemble de la direction a été ramenée à 18,6 millions, après 22,2 millions.

Le renoncement de la direction d’Adecco à une partie de son salaire avait été annoncé en mai dernier au plus fort de la crise de Covid-19.

Le conseil d’administration également s’est serré la ceinture, avec 4,3 millions, contre près de 4,5 millions un an plus tôt. Il sied toutefois de signaler que cette diminution est essentiellement due à la rémunération du nouveau président Jean-Christophe Deslarzes (1,2 million), sensiblement inférieure à celle de son prédécesseur Rolf Dörig (1,5 million).

Le groupe zurichois a subi de plein fouet les effets de la pandémie en 2020, bouclant l’exercice sur un chiffre d’affaires en repli de 17% et glissant dans les chiffres rouges en raison d’un amortissement.

rw/uh/buc/lk

© AWP 2021

Ce que nos grands patrons n’ont pas l’air de comprendre c’est que quand un recruteur doit « s’asseoir » et pas par choix de 16% de son salaire dans le cadre de l’activité partielle, au vu des salaires, c’est 16% de pouvoir d’achat en moins alors que le salaire mensuel moyen normal permet souvent tout juste de boucler le mois et ne laisse guère place au superflu. Alors l’extravagance des grands patrons convaincus de vivre les mêmes turpitudes que leurs salariés en renonçant par populisme à une fraction de leur rémunération ne fait qu’amplifier l’abîme entre là-haut et ici-bas. Nous ne sommes pas loin de l’indécence !

Adecco Relax : ouverture de la période libre


Réservez votre appartement sur @relax, la centrale de réservation
De nombreux appartements sont encore disponibles ! Profitez-en !

Depuis le 8 mars, peuvent réserver un appartement:

-Les intérimaires ayant 700h de travail chez Adecco sur les 12 derniers mois et une fin de mission n’excédant pas 1 mois au moment de la demande.

-Les permanents ayant 5 mois d’ancienneté et n’étant pas en instance de départ.

JE RESERVE

Liste noire d’Adecco : l’article scandale

Une de l’Humanité du 18/02/2021

Hier paraissait à la Une du journal l’Humanité un article sur les pratiques RH d’Adecco. En cause, une liste « fuitée » à la presse reprenant la planification de départs de salariés en licenciement / ruptures conventionnelles et ce jusqu’à fin 2021.

Au-delà de l’outrage de découvrir ce type de document dans la presse et de la simple existence de ce type de liste dans une entreprise se voulant « Leader des Solutions RH », nous ne pouvons que nous poser les questions suivantes :

Au vu des marques concernées nous parlons d’un fichier des services RH groupe ! Nous supposons que la journaliste responsable de cet article a dû contacter le service presse Adecco pour avoir une réaction ?

Comment l’entreprise arrive-t-elle à planifier des départs en rupture conventionnelle alors même que les salariés n’en ont pas fait la demande ?

Comment l’entreprise arrive-t-elle à prévoir des fermetures de site alors qu’en instance, la bouche en cœur et les yeux brillants, on nous assure qu’il n’y a pas de fermetures de prévues ?

Et comment, comment peut-elle ne pas réagir ? Rester silencieuse en espérant que cette info passe sous le tapis de l’actualité ? Laisser bafouer le respect et les droits des salariés en cours de procédure à qui elle demande de ne pas annoncer leur départ de suite aux équipes et qui se retrouvent identifiables dans le document publié ? C’est ça le pacte social ? C’est ça l’engagement d’une entreprise responsable ?

L’UNSA exige une réponse de l’entreprise sur cet article. L’UNSA exige des excuses auprès des salariés listés, l’UNSA exige le respect des instances et des élus et demande à l’entreprise de convoquer les instances nécessaires pour des procédures d’information consultation sur les fermetures de sites programmés (sites MO, agences, Onsite).

Le scandale n’est pas tant la publication de cet article qui ne fait que mettre en lumière les méthodes et pratiques de l’Adecco réel, celui caché derrière ses grands principes et ses grands engagements affichés dans les médias. Le scandale est la non réaction, l’irrespect flagrant pour les salariés et les instances représentatives du personnel et plus généralement un « jemenfoutisme » structurel de la Direction de l’entreprise pour les humains qui font l’entreprise et leurs droits.

L’UNSA sera active dans les démarches judiciaires entreprises pour la défense des intérêts et des droits des salariés.

Commission Adecco Relax

Bilan de attributions de la 1ère commission.

La Commission d’attribution a traité 436 demandes (441 demandes initiales mais 5 collaborateurs n’ont pas fourni leur avis d’imposition dans les délais)et réalisé 340 attributions soit 77.98 % de satisfaction.

52 attributions aux collaborateurs intérimaires sur 64 demandes soit 81.25 % de satisfaction.

288 attributions aux collaborateurs permanents sur 372 demandes soit 77.41 % de satisfaction.

La concentration des demandes sur les vacances scolaires n’a pas permis de répondre aux choix de l’ensemble des collaborateurs. Cependant, il reste encore des appartements libres à la montagne et quelques possibilités sur les régions mer, campagne et lacs.

Les 96 collaborateurs n’ayant pu obtenir d’appartements lors de cette commission d’attribution auront en priorité l’accès à la base @relax pour la commission d’attribution des Prioritaires.

À partir du 8 mars 2021, la Période Libre affichera les possibilités de locations restantes.

Retour sur les NAO

Négociations Annuelles Obligatoires

La direction a réuni comme chaque année l’ensemble des organisations syndicales représentatives. Chaque organisation syndicale présente ses revendications et Adecco y répond favorablement ou pas.

Comme à l’accoutumé, dans une entreprise où le dialogue social est primordial, Adecco applique le principe selon lequel ils sont obligés de négocier mais pas de conclure !

A partir de là vous l’aurez compris, Adecco n’a répondu favorablement à aucune de nos revendications.

Cette année, nous avons quitté la table des négociations au vu des propositions d’Adecco. Notre démarche a été suivie par les autres syndicats. Pas d’enveloppes d’augmentation individuelle, pas d’augmentation générale entre autres. A notre sens, une absence totale de considération des salariés !!!

Rappelons que durant toute l’année 2020, l’ensemble des salariés s’est encore plus investi pour maintenir les plannings des agences, a subi des pertes de salaires. Adecco a fait le choix délibéré de ne pas abonder les salaires pour l’ensemble des salariés. Durant les périodes de confinements, les salariés n’ont bénéficié d’aucune indemnisation financière dans le cadre du télé travail et pourtant nous avons dû consommer plus d’électricité, de chauffage… mais ça c’est normal selon eux.

Sous couvert de la crise sanitaire, Adecco justifie qu’il n’y aura aucune augmentation, ni générale ni individuelle. Lorsque nous sommes dans de « bonnes années », pas ou peu d’enveloppe car il faut rester dans la maitrise des coûts, dans les mauvaises années ce ne serait pas pertinent d’affaiblir l’entreprise en augmentant les salaires. Toujours des excuses qui cachent (mal) une position claire : refus d’augmentation générale des salaires et ajustements à la marge en individuel avec des enveloppes rachitiques. Toutefois, pour le versement des dividendes auprès des actionnaires, là il n’est pas question de crise.

Dans les échos le 13/10/2020, Alain Dehaze précisait  » Nous avons réussi cependant à ne pas perdre d’argent et même à en gagner un peu en économisant sur nos coûts, en ne renouvelant pas certains CDD, et en mettant en suspens momentanément certains projets. » Visiblement cette réussite n’est pas du fait des salariés restant qui ont du combler l’absence de leurs collègues non renouvelés et subir l’activité partielle. Ils ne méritent donc pas des mesures NAO à la hauteur de leur engagement selon Adecco.

Nous refusons d’être complices de ces principes dans une entreprise qui se vante de placer l’humain au cœur auprès de ses clients ! De plus, une entreprise qui souligne ad libitum l’incroyable investissement de ses salariés dans un contexte inédit, qui les remercie à n’en plus finir et continue de leur demander plus et toujours plus MAIS juge totalement inapproprié d’augmenter leurs salaires ne serait-ce que du taux de l’inflation ??? Si vous estimez que nous n’avons fait « que » notre travail… Pourquoi nous remerciez-vous ? Si nous avons fait plus, pourquoi le reconnaître en parole (ou mentiriez-vous ?) et le réfuter dans les actes ?

Suite à de nouvelles propositions d’Adecco, sans vrai geste significatif, nous avons décidé de ne pas signer cet accord qui fait donc l’objet d’une mise en place unilatérale par l’entreprise.

Lettre Ouverte à Adecco

Une salariée a souhaité partager avec nous et avec vous ses sentiments sur l’Adecco d’aujourd’hui, comment elle le vit, après plus de 20 ans de société. Et vous, comment vous sentez-vous?

Exaspérés, fatigués, épuisés, n’avoir comme ambition que de pouvoir, enfin, quitter ADECCO !

Combien de collègues qui ont quitté l’entreprise nous déclarent être plus heureux depuis qu’ils ont pris la décision d’en finir avec ADECCO !Ils ont pourtant œuvré dur pour en arriver là mais cette entreprise qu’ils aimaient tant, ne les a plus reconnu au fil des ans.

Peu à peu, ils se sont tus pour ne pas se faire virer : avec des enfants en bas âge et un crédit bancaire… Nous n’avons pas le droit d’accepter ces coupes basses afin qu’elles deviennent la norme.

Le management par les chiffres n’est plus acceptable; Nous subissons un manque de reconnaissance et nous entendons l’amertume de nos collègues en fin de journée qui rentrent fatigués, épuisés; Ils ne se reconnaissent plus dans le métier qu’ils ont choisi il y a quelques années : les clients trouvent nos prix trop élevés et partent à la concurrence. Ils disent être excédés par notre service facturation où les permanents sont en arrêt maladie à tour de bras et non remplacés. Cela engendre de nombreuses erreurs et on cherche un bouc émissaire !La priorité aux objectifs ADECCO QUICK MATCH, CDI APPRENANT, suivi GOELAND incessant qui fait doublon avec nos rapports d’activités hebdomadaires, ces réunions TEAMS à toutes les sauces par les uns ou bien les autres.

Chacun à tout de rôle pour nous occuper et surtout ne pas oublier la cible !

Avec des délais impossibles à tenir. En effet, le respect de nos engagements clients et tt deviennent difficiles à tenir. Toutes ces réorganisations  nous désorganisent dans notre quotidien quand ce n’est pas une panne informatique c’est ORANGE qui coupe l’électricité et donc l’informatique pour continuer de nous développer et nous subissons encore et encore des appels téléphoniques de clients furieux ou d’intérimaires excédés par notre système de fonctionnement.

Certains sites sont fermés ou ont subit des baisses d’effectifs et et nous devons faire des extractions et des remontées sans cesse pour justifier de notre travail et diverses mises à jour. Nous remplissons des colonnes au lieu de pratiquer notre métier. La concurrence profite de nos dérives et de plus ce sont certains de nos ex-collègues qui pilotent ces agences concurrentes et sont bien au courant de nos dysfonctionnements. Il nous faut sans arrêt gérer les urgences. Je ne parle pas de tous les logiciels qui se superposent, un vrai millefeuilles ! Il y a des jours où nous ne savons plus où aller chercher nos informations tellement c’est déroutant. Il faut donc réagir et dire haut et fort ce que nous pensons de ces évolutions qui n’en sont pas !Ce démantèlement doit avoir un vrai nom : PSE 2021 pour continuer de diminuer le nombre d’agences et peut-être un regroupement inter-filiales ce qui expliquerait leur engouement FAMILY ?

Coronavirus : décret du 14/11/2020

Selon le décret du 14 novembre 2020, les personnes en arrêts de travail , considérés comme

  • Cas contacts
  • Personnes vulnérables
  • Contraintes de garder leur enfant de moins de 16 ans ou d’une personne en situation d’handicap  faisant l’objet d’une mesure d’isolement

sont éligibles aux IJSS dérogatoires jusqu’au 31 décembre 2020.

Attention, dans les 2 derniers cas si le salarié est placé en activité partielle , il ne peut pas bénéficier des IJSS en cas d’arrêt de travail.

Non application du délai de carence de 3 ans.