Projet d’accord Egalité Pro et QVT

Equilibre vie privée – vie professionnelle.

Cet accord sur l’égalité professionnelle et qualité de vie au travail couvre non seulement le sujet de l’égalité homme – femme mais aussi de l’équilibre vie privée – vie professionnelle, toute forme de discrimination dans le recrutement, l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi des salariés en situation de handicap, le droit d’expression directe et / ou collective des salariés, droit à la déconnexion, mobilité et transports doux, la mise en place d’un régime de prévoyance.

Les sujets sont vastes et nombreux. Aucun n’a moins d’importance que l’autre et tous ont une incidence pour les salariés.

Un salaire égal à compétences égales, le respect des temps de travail contractuel, le droit de s’exprimer dans le respect et l’écoute mutuelle, l’accompagnement et l’adaptation du poste de travail lorsque survient un handicap, les mêmes droits, les mêmes chances. Tout ce qui devrait aller de soi mais ne l’est pas encore toujours, partout.

Nous voudrions toujours mieux, faire mieux est toujours possible. Le projet ne nous donne pas entière satisfaction. Toutefois il contient de vraies évolutions par rapport à l’accord précédent.

Du chemin reste à faire sur ces sujets et l’UNSA restera force de proposition. Nous avons pris la décision de signer cet accord.

Cependant la majorité des syndicats n’ayant pas validé l’accord la direction mettra en place un plan d’action unilatéral.

Télétravail : information

Information sur le projet d’accord télétravail.

Si la crise sanitaire a eu du bon c’est bien de casser les codes et de rendre possible l’impossible sur le télétravail. Qui aurait parié il y a de cela un an que l’ensemble des métiers adecco sont compatibles au télétravail ? Sincèrement… Pas nous.

Nous avons reçu début janvier le projet d’accord de la direction faisant suite aux négociations. Nous sommes en discussion avec Adecco concernant certains points du projet qui ne reprennent pas, selon nous, les éléments présentés en négociation.

Avec, toujours, un point bloquant à ce jour qui est l’absence d’indemnisation des frais engagés par le salarié en télétravail. Nous ne sommes pas sensibles à l’argument de la direction qui est de dire que ces frais sont compensés par le temps de trajet non effectué et les frais de déplacements économisés. Notamment parce que pour tous les salariés prenant les transports en commun le coût de l’abonnement reste le même que l’on aille 5 jours ou 3 jours par semaine au bureau.