FLASH INFOS/ GREVE UNSA LIDL CE JEUDI 24 MARS

IMAGE LIDLLes salariés de l’enseigne réclament une revalorisation de leurs salaires à hauteur de 1%. Ils bloquaient jeudi plusieurs entrepôts.

UNSA LIDL

Des salariés de Lidl, appelés à la grève pour défendre leurs salaires, bloquaient jeudi une quinzaine d’entrepôts du groupe allemand de distribution sur tout le territoire, tandis que plusieurs magasins étaient fermés en région parisienne, selon une source syndicale.

1% d’augmentation. Selon l’Unsa, qui appelait, avec la CGT, à cette journée de grève et de mobilisation, « une quinzaine d’entrepôts étaient bloqués sur 26 au total » et « entre 25 et 75% des salariés étaient en grève, selon les régions ». Une représentante de l’Unsa en région parisienne a précisé que plusieurs magasins avaient été fermés en Seine-Saint-Denis, dans l’Essonne et dans les Yvelines. Les salariés réclament une revalorisation générale de leurs salaires de 1%. Les négociations avec la direction ont abouti à une revalorisation générale des salaires de 0,2%, une prime de fin d’année, une hausse des remises sur les cartes fidélité distribuées aux salariés et un échelon supplémentaire de prime d’ancienneté. Selon la direction, ces mesures cumulées « portent à 1% la rétribution salariale en faveur des employés et agents de maîtrise ».

Sortie du hard discount. Mais l’Unsa et la CGT réclament que cette hausse de 1% ne porte que sur l’augmentation des salaires, auxquels s’ajouteraient ensuite les primes et les avantages. « C’est inacceptable, surtout comparé à la hausse des salaires de 1,2% accordée aux cadres », a déclaré Lahouari Tami, de l’Unsa. Lidl, qui a changé de stratégie en France avec une sortie du hard discount depuis 2012, atteint environ 5% de part de marché dans l’Hexagone, en progression constante depuis plus d’un an, selon le dernier relevé Kantar fin janvier. Arrivée en France en 1988, l’enseigne y gère environ 1.500 magasins et emploie 26.000 salariés pour un chiffre d’affaires (hors taxes), estimé à 8,5 milliards d’euros en 2014.

 

LES SALARIES SONT LES OUBLIES DU SYSTEME

Interview de Franck ZIRAH, Expert CE.

Comment expliquez-vous que de grands groupes bénéficiaires ne redistribuent pas aux salariés à la hauteur de ce qu’ils espèrent ?


Frank Zirah :
Aujourd’hui nous ne sommes plus dans un schéma classique d’opposition salariés patronat mais plutôt dans un cas de figure où l’ensemble des salariés de grands groupes sont touchés par des stratégies qui s’opèrent dans l’intérêt des actionnaires. Les salariés sont les oubliés du système.

Quelles sont ces stratégies ?

Frank Zirah : De l’optimisation fiscale ; l’impôt d’une société française est calculé par rapport à l’activité pratiquée sur le territoire français. Mais lorsque les entités sont multiples et qui plus est à l’international, le schéma est plus complexe ! Hormis le chiffre d’affaires réalisé en France où une marge est réalisée, il faut intégrer le chiffre d’affaires que le groupe réalise avec les autres filiales à l’étranger. On comprendra qu’il est plus intéressant pour un groupe de supporter des charges lourdes en France et de positionner un bénéfice plus important dans une autre filiale abritée par un pays où la fiscalité est plus clémente. Ces filiales à l’étranger peuvent facturer des redevances, des frais de gestion, mais le vrai prix est le prix de transfert ou transfer pricing. Cela revient à ce qu’une société française vende à faible coût des produits et services à une société étrangère du même groupe, qui elle, en les revendant sur le marché, réalisera un bénéfice important, mais taxé faiblement ! Le point de distorsion vient de la définition de ce prix de transfert ; comment on rémunère chaque filiale pour ce qu’elle fait. Le groupe peut décider de rémunérer à part égale les deux filiales, ou de donner davantage à l’une plutôt qu’à l’autre. Ils ont intérêt bien sûr à maximiser leurs profits dans un pays à faible fiscalité. Moins de bénéfice fiscalisé en France, cela veut dire moins de participation aussi pour les salariés.

Ces stratégies sont légales, donc quels sont les recours des salariés ?

Frank Zirah : Les grands groupes aujourd’hui sont très surveillés par l’administration fiscale européenne, donc effectivement, même si c’est légal, il faut suffisamment étayer le choix des prix de transfert pour ne pas être trop proche de la limite de la légalité. Les grands groupes ont des départements fiscaux en interne de plus en plus importants et ont recours à des cabinets de conseil. C’est très bien pour le groupe dans son ensemble, pour les actionnaires, mais les salariés français se retrouvent avec des bases de rémunération axées sur les résultats de la société française, et pas sur ceux du groupe dans son ensemble. Autrement dit, grâce aux outils d’optimisation fiscale, même si le groupe réalise 100 millions d’euros (M€) de bénéfice comptable, il peut au final n’avoir que 10 M€ de bénéfice fiscal, voire un déficit fiscal.

Quel est votre rôle dans ce cas-là ?


Frank Zirah :
Les cabinets d’expertise auprès des comités d’entreprise comme le nôtre ont pour mission d’essayer de reconstituer les chiffres les plus conformes à la réalité ou réclamer que la direction calcule la redistribution aux salariés à partir des bénéfices comptables, donc réels, et pas fiscaux. Mais il ne faut pas oublier que dans de grands groupes, la direction, ce sont les investisseurs ; les dirigeants de la filiale française ne sont eux-mêmes que des salariés vis-à-vis des actionnaires. Et pour eux, très souvent, leurs bonus est calculé sur les performances d’exploitation ou une part du revenu monde du groupe !

Source: La provence.com

ETRE REPRESENTE(E) PAR DE VRAIS SALARIES EN POSTE

LOGO ONSITE                   LOGO ADECCO                LOGO ONSITE               logo spring

L’UNSA c’est d’abord et avant tout votre syndicat , le syndicat des permanents et des intérimaires en poste..

A l’UNSA, nous considérons que tous les salariés, quel que soit leur statut, ont droit à la représentation du personnel, sans les opposer les uns aux autres.

Permanents comme intérimaires, cadres comme non cadres, fonctions supports comme salariés du réseau, Adecco ML comme professionnal staffing ou PME: nous appartenons tous à une seule et même famille.

Nos représentants du personnel appartiennent à toutes ces entités, alors faites appel aux véritables experts de l’UNSA: des salariés du réseau etIMPLIQUES PROFESSIONNELLEMENT.

Ni adeptes du refus systématique,ni soupçonnable de complaisance,l’UNSA prône un syndicalisme réaliste, pragmatique et réformiste. JE VOTE ET JE FAIS VOTER UNSA

Impression

ADECCO START UP TOUR : LES CANDIDATURES SONT OUVERTES

adecco-startup-tour

Adecco France annonce le lancement de la seconde édition de son Start Up Tour. L’opération, qui a pour objectif de valoriser le potentiel des jeunes pousses françaises du domaine de l’emploi en les aidant à accélérer leur développement, sera cette année déployée dans six nouvelles villes françaises.


Pour la deuxième année consécutive, Adecco France part à la rencontre d’entrepreneurs innovants avec son Start Up Tour. Après Lyon, Bordeaux et Strasbourg en 2015, l’opération posera cette année ses valises dans six nouvelles villes : Marseille (31 mars), Paris (5 avril), Nantes (25 mai), Toulouse (27 mai), Montpellier (13 juin), et Lille (21 juin).

Son objectif : rencontrer dans chaque ville des startups innovantes du marché de l’emploi, dont les projets développés peuvent être complémentaires des solutions proposées par Adecco, afin de les accompagner dans leur développement.

« Notre posture est de se dire que ces petites startups très agiles, très habiles, sont un écosystème qu’il est intéressant de consulter régulièrement, parce que le mode collaboratif fonctionne très bien » , explique Christophe Catoir, président du groupe Adecco France.

Le Startup Tour se veut avant tout local, et cherche à dénicher les pépites de chaque ville avec lesquelles Adecco pourra collaborer par la suite. Le jury, lui, est également composé de managers locaux du groupe, qui profitent eux-aussi du savoir des jeunes pousses.

« On a remarqué que nos managers locaux avaient été beaucoup mieux formés en étant confrontés à des entrepreneurs locaux, qu’en faisant une formation sur le digital. C’est à dire que quand vous avez vu passer 10 entrepreneurs qui vous parlent du digital, ça vous redonne une idée de l’entrepreneuriat typé « startup » » , indique Christophe Catoir.

LES ESPACES DE TRAVAIL PARTAGES : AVANTAGES ET INCONVENIENTS

L’espace de travail partagé ne se résume pas à l’open space. Desk sharing, télétravail, bureau partagé, espaces de travail inter-entreprises, co-working… il est rare d’être seul dans son bureau aujourd’hui. Voici les avantages et les inconvénients des nouveaux environnements de travail, résumés dans une infographie réalisée par Bureau Avenue.

L’open space a mauvaise réputation en France

En France, l’open space a mauvaise réputation : trop de bruit, de promiscuité avec les collègues, difficultés à se concentrer… Les bureaux ouverts n’auraient que des défauts. Pourtant, l’open space peut, dans une certaine mesure, favoriser les échanges, la communication interne et encourager le travail collaboratif. Selon Bureau Avenue, 42% des salariés français travaillent dans un open space. L’open space, même s’il est moins répandu que dans les pays-anglo-saxons, est ainsi devenu la norme chez nous.

Un aménagement subi mais pas choisi

Nous sommes aussi, encore une exception française, le pays qui l’accepte le moins : 55% des salariés français travaillant en open space se disent satisfaits de leur bureau contre 76% des Italiens et 89% des Anglais. Pourquoi une telle différence ? Sans doute parce que les salariés français ont l’impression qu’ils subissent l’open space plus qu’ils ne le choisissent. Inconsciemment, le bureau personnel et l’aménagement de l’espace de travail sont aussi intimement liés à la notion de pouvoir. La taille de votre bureau et sa configuration est le reflet à peine déformé de votre position dans la hiérarchie.

Le bureau partagé peut aussi avoir des avantages

Mais l’open n’est pas le seul modèle. Plus d’un tiers des salariés partagent ainsi leur bureau avec d’autres personnes (moins de 5, au-delà on peut parler d’open space). Parmi les avantages cités par les salariés, il y a une meilleure circulation de l’information grâce au décloisonnement et un esprit d’équipe renforcé, en particulier dans les petits bureaux partagés. La créativité et la transversalité sont également améliorées grâce au co-working, sous toutes ses formes.

Le desk-sharing peine à convaincre

Dernière tendance du bureau partagé : le desk sharing qui peine encore à convaincre les salariés français. Le principe est simple, il consiste à ne plus avoir de bureau attitré pour optimiser les espaces de travail qui sont rarement remplis tous les jours, en fonction des déplacements, congés ou absences. Le desk-sharing c’est un peu « Bienvenue chez les SBF » (Sans bureau fixe) ! Seulement 32% des Français y sont favorables contre 48% des Britanniques et 55% des Italiens.

Source: Regionsjob.

ADECCO RELAX,DEUX ÉVÉNEMENTS..AVEC L’UNSA

BANDEAU NEW ADECCO RELAXIMAGE ADECCO RELAX ETE

Ouverture de la « PÉRIODE LIBRE »

Les appartements vacances Relax sont accessibles aux :

¨      intérimaires ayant au moins 700 heures de travail chez Adecco sur les 12 derniers mois et une fin de mission n’excédant pas 1 mois au moment de la demande.

¨      permanents ayant 6 mois d’ancienneté et n’étant pas en instance de départ

De nombreux appartements sont encore disponibles, profitez-en !

Réservez votre appartement sur http://relax.cce-adecco.com/ (attention nouvelle adresse)

A noter :

Vous pouvez réserver autant de semaines que vous le souhaitez par saison.

Si vous prenez un second appartement, vous devrez effectuer cette réservation dans les 30 jours précédents la date de départ de votre deuxième réservation.

@RELAX2  FAIT PEAU NEUVE!

Lancé en 2009, @relax, la centrale de réservation en ligne, avait besoin d’évoluer. C’est chose faite ! Avec l’UNSA, agir et innover, proposer et changer en permanence. C’est ce que nous appelons: LE SYNDICALISME EN POSITIF.

En vous connectant sur http://relax.cce-adecco.com/ (attention nouvelle adresse) , vous allez découvrir un outil plus agréable, tant par son « look » que par son ergonomie plus intuitive.

En dehors de la présentation et fonctionnalités en plus, la procédure de réservation est la même. Donc pas de panique. Tout devrait bien se passer pour celles et ceux qui ont déjà un compte (Vos identifiant et mot de passe sont les mêmes)

Pour ceux se connectant pour la première fois, la procédure d’inscription est indiquée sur le site. Nous avons également créé un tutoriel (ci-joint) qui facilitera la prise en main de ce nouvel outil

A noter : @relax est optimisé pour fonctionner sous chrome

 Merci Catherine (Catherine ONILLON, Trésorière du CCE, élue UNSA)  d’avoir piloté ce projet au nom de l’UNSA.